« Tilt » or not « tilt »?

« Tilt » or not « tilt »?

« Notre esprit est une éponge qui s’imbibe de suggestions ». Francis PICABIA

Fin janvier 2016, il fait nuit, Victoria est en voiture, elle rentre du bureau. En général, elle profite du trajet pour téléphoner à ses proches. Mais ce soir-là, elle n’est pas en forme, plutôt déprimée comme c’est le cas depuis quelques semaines. La fin de l’année 2015 a été traumatisante, à bien des égards. La gorge serrée, elle repense aux derniers mois qui viennent de s’écouler.

40 ans! J’ai eu 40 ans en juillet 2015.  Je n’ai pas de problème avec mon âge mais tout de même…. Pour une femme, cela implique beaucoup de choses. Certaines sont imposées par la société telles que la jeunesse et la beauté . D’autres sont incontournables voire inévitables telle que l’horloge biologique pour ne parler que de la maternité.

Je suis donc, au chaud dans ma voiture et je cogite.

4 ans ! 4 ans déjà que nous essayons d’avoir bébé 2. Presque que 4 ans que nous avons recommencé les traitements. Tu penses bien qu’à 37 ans et le passif que j’avais, mon gynécologue m’a de suite prescrit un traitement de stimulation. Et oui naïvement nous pensions qu’Emma étant arrivée presque « naturellement », le 2nd allait ramener ses fesses sans souci. Tu parles, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Non mais franchement, ce n’est pas rigolo si ce n’est pas le parcours du combattant. En même temps c’est un peu de ma faute à vouloir la ramener avec mes grandes théories : « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » !! Résultat : quand c’est facile, ça me gave.

Lire la suite

Share This:

Vous croyez au hasard?

Vous croyez au hasard?

« Le secret du bonheur, voyez vous, n’est pas trouvé dans la recherche du plus, mais en développant la capacité à jouir du moins » Socrate

En 2016, Victoria s’est décidé à reprendre une activité sportive régulière. Il fallait une reprise en douceur, pas de sport violent ou douloureux. Elle devait se détendre et éventuellement s’amuser. L’opportunité se présenta en la personne de Lisa, une voisine, qui lui proposa à la rentrée scolaire de faire de la marche nordique avec un groupe. Marcher dans la nature, une semaine sur deux, n’allait pas l’épuiser donc ce fut un grand oui. Les railleries au sujet de ce « sport de vieux » ne tardèrent pas à fuser. Mais Victoria avait trouvé une super coéquipière et comptait bien s’accrocher à ces chouettes moments au milieu de la nature. Avec ou sans bâtons, c’était du sport et bien plus physique qu’il n’y paraissait.

Après une bonne soirée entre amis, le réveil, ce matin, est un peu difficile. Le ciel est gris, il pleut, j’ai envie de rester au fond de mon lit. Mais Lisa m’attend pour rejoindre notre sympathique groupe de marcheurs nordiques. N’essayez même pas de visualiser nous n’avons rien de nordique !!!

Je sais qu’une fois que j’y serai je serai ravie mais là franchement, je peste, je râle en mon for intérieur parce qu’il fait un temps de m… et que nous sommes en mai. Oui les amis, nous sommes en mai, il fait 10 degré et il pleut sans arrêt. Non mais franchement, qu’est-ce que j’ai fait au bon D. !!! A ceci, vous rajoutez que je ne suis pas vraiment fraîche ce matin…je suis à deux doigts d’abandonner lâchement Lisa.

Bon, allez on y va. Nous sommes un petit groupe d’une dizaine de personnes de 40 à 65 ans, le niveau aujourd’hui est relativement homogène. Le coach ne va pas faire dans la dentelle.

Nous entrons donc tous ensemble dans la forêt et là plus que jamais la magie opère à nouveau. Plus que jamais parce que nous sommes au printemps, que les branches sont remplies de feuilles. Nous avançons les uns derrière les autres sur ce premier sentier. Pas après pas nous sommes accompagnés par ces magnifiques et immenses arbres. J’ai l’impression d’être sous une tonnelle, protégée de la pluie par ces branches qui s’enchevêtrent. Je suis fascinée par cette beauté, éblouie par le vert presque fluorescent de la végétation qui m’entoure. Je n’entends plus que le gazouillis des oiseaux, les voix de mes collègues de marche disparaissent.

Lire la suite

Share This:

La « rentrée » de maman (part 2)

La « rentrée » de maman (part 2)

« Il n’y a rien de mieux que de retourner dans un endroit qui est resté inchangé pour comprendre à quel point vous avez changé. » Nelson Mandela

6 mois….C’est à la fois très court et très long. 6 mois d’absence depuis que mon médecin m’a arrêté. Loin de mon métier, loin de mes collaborateurs, loin de mes responsabilités et loin de mes responsables, j’ai changé profondément.

Une chose est certaine, tout ceci n’a plus d’intérêt. J’ai toujours aimé mon job et pourtant aujourd’hui je ne veux pas y retourner. Je veux rester chez moi. Je ne veux pas laisser ma fille.

Mais je ne veux pas non plus perdre mon statut de femme indépendante qui a une carrière. Je suis tiraillée. Etre mère, être femme, être tout à la fois pour être, une fois encore, la femme parfaite.

Pas « la conasse » hein ! L’autre J

Lire la suite

Share This:

La « rentrée » de maman

La « rentrée » de maman

« Je n’aime pas le travail, nul ne l’aime; mais j’aime ce qui est dans le travail l’occasion de se découvrir soi-même, j’entends notre propre réalité, ce que nous sommes à nos yeux, et non pas en façade. »

Joseph CONRAD

Les jours passent. Victoria s’apaise, continue ses rendez-vous réguliers avec la psychologue de la PMI. Elle commence à sortir de chez elle sans peur. Mais au bout de 6 mois, il est temps pour elle de reprendre le chemin du travail.

Retourner au bureau ? Tourner le dos à ma fille et la confier à une ou des inconnues ? Mais quelle horreur !  Je vais être obligée d’abandonner mon enfant.

Lire la suite

Share This:

Aie confiance….

Aie confiance….

« Les soins d’une mère pour son enfant sont le fruit de l’expérience de toute sa vie. » François-René de Chateaubriand

Victoria continue son chemin de maman et prend son rôle très à cœur. Etre mère est un rôle au quotidien. Mais pour cette trentenaire « qui doit montrer l’exemple », c’est le job de sa vie. On ne rigole pas avec l’exemplarité.

Je suis l’aînée de la famille, de mes frères et sœur mais aussi de tous mes cousins et cousines maternels. Et nous sommes nombreux. J Je suis la première, je suis une fille, celle qui doit montrer l’exemple.

Depuis toujours, à l’école, au lycée, en école de commerce, aujourd’hui, dans ma vie professionnelle, dans ma vie privée, je suis à l’identique voire pire. Je ne plaisante pas avec ce sujet. Je dois être parfaite pour être un modèle.

En tant que manager, je me dois d’être à la hauteur. Comment peut-on demander aux autres d’être professionnels si nous ne le sommes pas nous même. Comment leur demander de respecter les horaires lorsque nous même n’avons pas de discipline. Comment exiger le sourire de vos équipes, si vous faites la tête toute la journée.

Vous l’avez compris je suis exigeante avec moi-même et j’attends beaucoup des autres.

Lire la suite

Share This:

Elle est mon modèle

Elle est mon modèle

« Il n’y a pas de honte à être heureux. Mais aujourd’hui l’imbécile est roi, et j’appelle imbécile celui qui a peur de jouir »  Albert Camus

L’aventure « Emma » se poursuit. Pour Alex et Victoria il s’agit bien d’une nouvelle vie. Chacun trouve ses marques et s’installe dans son rôle de papa et de maman. Victoria, toujours dans l’inconnu, ne prend aucune décision sans demander son avis à son mari. Il est sa référence.

De retour à la maison après notre premier rendez-vous à la PMI (Protection Maternelle et Infantile), je suis un peu apaisée. Je ne suis pas prête à danser sur  les tables et à chanter à tue-tête mais ça viendra…peut-être ou pas.

Pour l’heure, je dois m’organiser et ne pas me perdre dans cette fusion totale avec ma fille. Moi qui pensais reprendre le boulot au moins par téléphone, me rendre disponible s’il y avait des urgences à gérer. Autant vous dire que c’était hors de question! Les « problèmes » du bureau me paraissaient tellement superficiels. J’avais toujours eu du recul sur les choses, toujours fait preuve de maturité et de philosophie. Mais là, alors j’étais devenue complétement hermétique à toute futilité. La voix de la sagesse était en train de devenir….la voix du silence.

En plus de couver, j’étais en train d’hiberner. Hors de question que je sorte avec ma poupée fragile. Que je prenne la voiture pour aller me balader? Impossible même de l’envisager. Trop compliqué, trop dangereux. C’était une montagne infranchissable.

Lire la suite

Share This:

Le chemin vers soi

Le chemin vers soi

« Les plus grands philosophes ont de la peine à lire dans le cœur humain, et le plus petit enfant sait lire couramment dans le cœur de sa mère. »
Adolphe d’Houdetot- Dix épines pour une fleur (1853)

La petite famille rentre enfin chez elle. Ils l’ont attendu ce moment où ils seraient enfin tous les trois dans leur foyer. Victoria et Alex sont impatients et à la fois inquiets de se retrouver seuls face à cette nouvelle aventure prénommée Emma.

Le retour

Nous voilà donc à la maison. Installés dans notre nouveau trois pièces en banlieue parisienne, nous allions commencer une nouvelle vie.

Nous prenons nos marques et cherchons notre rythme. Nous sommes fin décembre, je reprendrais le travail en avril. Et oui l’avantage de la prématurité, c’est que vous restez plus longtemps avec votre enfant. Ma vie tourne autour de ma fille. Elle et moi, moi et elle, et de temps en temps son papa.

En tout cas c’est ainsi que je m’en souviens. Alex a été très présent, bien sûr, un vrai papa poule. Mais, avec le recul c’est un peu comme si j’avais continué à couver mon bébé directement dans mes bras.

Emma, ma douce Emma, est minuscule. Elle pourrait tenir dans une main. Elle dort beaucoup, elle continue de grandir hors du ventre de sa maman. Ce n’est pas cool, on n’a pas fini toutes les deux. Je lui en ai voulu à ma petite fille d’être sortie aussi vite. Elle était certainement saoulée d’être dans « cette maison de fou » mais moi je n’avais pas terminé de la fabriquer. Je n’avais pas remplie ma mission jusqu’au bout. Là, je n’avais pas pu être la première de la classe.

Je le sentais au fond de mes tripes, je le vivais intensément, j’avais un goût d’inachevé. J’avais très envie de le crier à la terre entière et de lui dire à elle, ma fille. Mais je n’allais pas commencer notre vie commune par des reproches. De toute façon elle aurait certainement eu son lot de rancœurs à m’envoyer au visage. Elle m’aurait fait sa crise d’adolescence à un mois, la pauvre.

Enfin pas sûr, parce qu’elle avait déjà la douceur et le calme de son papa. Très vite, elle sera surnommée Petit Bouddha ! On ne se moque pas et pas de jeux de mots tordus svp. Oui, d’accord c’était parce qu’elle était sage et sereine mais, AUSSI parce qu’elle a, comme beaucoup de bébé prématuré, vite récupéré son poids. A trois mois elle était toute potelée J

Emma a été un bébé très sage et adorable. Et comme je suis une grande « malade » qui ne s’accorde pas le droit au bonheur, je me demandais souvent comment c’était possible. En effet, comment moi qui, bébé, avait été insupportable…. Ah mais oui je ne vous ai pas dit ? Je suis aussi née prématurée et j’étais un bébé qui ne dormait pas du tout. Enfin il paraît, je n’ai pas beaucoup de souvenirs de cette époque. Surprenant non ? J’en ai fait voir de toutes les couleurs à mes parents et ce toutes les nuits jusqu’à l’arrivée de ma sœur Elsa. J’aimais beaucoup jouer au ballon….la nuit vers 2h du matin. Normal quoi !

Bref, comment moi la vilaine petite fille avais-je pu avoir la chance d’avoir une poupette souriante et dormeuse. La méritais-je vraiment ? Il allait m’arriver une tuile ! C’était sûr ! Vous ne l’avez pas vu venir celle-là !?! Je vous avais prévenu que j’avais des certitudes étranges. J

Mais devenir maman c’est aussi se prendre une grande baffe dans la tronche. LA FONTAINE disait, dans le Lion et le Rat, « On a souvent besoin d’un plus petit que soi ».

J’ai donc une grande nouvelle à vous annoncer! Le plus petit que soi va être votre enfant. Votre enfant va vous renvoyer à vous-même et vous donner quelques leçons bien senties. Ce petit bout de chou ouvre la porte d’un nouveau chemin qu’il faut prendre sans hésiter bien sûr. Toutefois les bagages peuvent parfois être lourds. En tout cas pour des personnes comme moi, qui ne se laissent pas porter, pour qui chaque chose est un sujet, ce ne sont plus des bagages mais bien des boulets.

Je pensais avoir fait une grande introspection en débutant ma thérapie 4 ans plus tôt. Je pensais même avoir fini le travail. Mais, bien sûr ! Nous sommes là pour apprendre les amis. Et c’est une des richesses de la vie sinon LA Richesse. Je n’imaginais pas à quel point.

Lire la suite

Share This:

Etre Maman, au secours !

Etre Maman, au secours !

« Quand tu as accouché tu as le baby  blues….Johnny, il a le blues! Toi, tu as une dépression post-partum. » Florence Foresti

Victoria et Alex ont « accueilli » dans leur vie leur petite princesse, arrivée avec deux mois d’avance. Les premières semaines sont rythmées par les allers et retours à l’hôpital. Victoria est empêtrée dans ses émotions.

Comme je vous l’ai déjà dit, rencontrer ma fille fut un raz de marée d’émotions. Toutes les deux, dans un peau à peau quotidien, en osmose dans notre bulle, nous faisions connaissance. Quelques jours après l’accouchement, je me mis à pleurer. Il paraît  que c’est normal. Le médecin me dit : « à J+2 (soit 2 jours après l’accouchement), le taux d’hormones  chute ce qui explique que toutes les mamans sont envahies par les larmes. » C’est cool, je rentre dans la case du J+2. Même dans ces moments là, je suis la première de la classe J Il a juste oublié de me dire que ce ne serait pas quelques « larmichettes » mais bien un torrent d’eau qui sortirait de mes yeux.

Impossible de gérer, parce qu’aux larmes se sont rajoutées la peur et l’angoisse. Vous l’avez compris, chez moi, c’est le trio gagnant : angoisse, peur et larmes. Et là, c’est  le jackpot, elles sont bien installées et tournent en boucle dans mon corps et dans ma tête.

Entourée de médecins, d’infirmières, j’ai le tournis. Je vis à leur rythme dans la chambre d’hôpital de mon bébé. Je suis là sans être là. Je suis en permanence en blouse, avec un masque. Chaque fois que je la prends, je me lave les mains avec le gel hydroalcoolique. Ça devient obsessionnel.

J’ai peur que tout s’arrête. Les médecins ne cessent de me rassurer, de s’occuper de ma fille. Une naissance est déjà un grand changement dans la vie d’une maman, me disent-ils, mais une naissance prématurée est encore plus « violente ». Tu m’étonnes ! Dire qu’on ne m’avait pas prévenu.

Elle est toute petite, elle a l’air si fragile.

Il faut dire aussi que pour « la traumatisée de la vie » que je suis c’est plutôt chaotique. Dans les heures qui ont suivi sa naissance, les médecins lui ont rasé la tête pour mettre une perfusion car les veines de ses mains étaient trop petites. Elle fut ensuite installée sous une lumière bleue à cause de la jaunisse. Autant vous dire qu’on se croyait chez les martiens. C’était assez étrange de rentrer dans la chambre de la petite et la voir dans sa couveuse avec des « lunettes de soleil » sous une lumière bleue, avec pour tout vêtement une couche.

Mais on s’habitue. Je vous rappelle que nous étions très seuls tous les 3. Personne ne pouvait entrer dans le service de néonatologie donc pas de visite. Du coup, difficile de se faire des blagues, dans ces contextes vous tournez beaucoup en boucle. Personnellement, j’avais du mal à faire preuve de légèreté.

Au bout de 4 jours, je rentrais à la maison, sans ma puce.  Quelle angoisse ! Je rentrais en larmes. Furieux, mon mari me rappela à l’ordre avec son calme habituel mais avec des mots bien choisis.

Mon gentil amoureux, qui me ménageait toujours, qui me protégeait, qui me chouchoutait ! Le voilà qui me criait dessus ! Bon, relativisons, il n’a pas trop la voix qui porte. M’enfin quand même, il me dit sèchement : « on vit le plus grand bonheur du monde et toi tu pleures !! Tu ne sais pas être heureuse ! » ET VLAN !

Quoi ? Comment pouvait-il me parler comme ça ? Moi qui souffrais? Moi qui avais peur ? Moi qui n’avais pas réussi à garder mon bébé jusqu’au bout dans mon ventre ? Moi qui ne savais pas quoi faire pour être une bonne maman ? Comment osait-il cet Homme qui ne comprenait rien aux problèmes de femme ? Je lui en voulais beaucoup, quel culot !

Si pendant 24h j’eus envie de l’étriper. Ma lucidité, au milieu de ce débordement hormonal, remonta à la surface et je me calmais. Il avait raison, tout allait bien et les médecins étaient rassurants. Il fallait vraiment que j’arrête de me regarder le nombril et de voir tout en noir.

Elle avait un poids correct, voire bon pour une prématurée, elle était sous surveillance permanente. Notre petite fille était née, elle était magnifique, douce comme un nuage et sage comme une image. (Ben quoi c’est ma fille, je suis très objective je vous assure).

Évidemment c’est toujours plus facile à dire qu’à intégrer mais je me gérais du mieux que je pouvais.

Je commençais donc à me calmer. On nous annonça que notre fille n’avait pas besoin d’être dans un service de niveau 3. Nous devions donc changer d’hôpital. Elle continuerait à être en couveuse mais il fallait laisser la place pour des cas plus grave.

Au secours, encore un changement ? Je ne veux pas quitter cet endroit. Rien à cirer des cas plus graves ! Rebelote les « sanglots », la peur et l’angoisse. Je me suis toutefois de nouveau détachée de mon nombril car il ne fallait pas pousser. Je voyais bien dans les chambres à côté ce que pouvait être des cas plus graves. Et puis de toute façon, je n’avais pas le choix.

Je vais vous passer les détails parce que nos aventures durèrent 5 semaines avant que notre princesse d’amour ne rentre à la maison. C’était un 24 décembre. Joli cadeau de Noel, non ?

Oui ce fut 5 longues semaines. Mais aujourd’hui, bien que je sois convaincue qu’en vieillissant  nous avons moins de certitudes, j’en ai encore quelques  unes dont les suivantes :

  • Il y a toujours un mal pour un bien
  • Rien n’arrive pour rien. A nous de savoir tirer les leçons qui s’imposent et profiter des rencontres que nous faisons.

C’est pourquoi j’ai envie de vous dire, qu’avant toute chose, ce fut 5 semaines de rencontres avec des personnes extraordinaires. Patientes, généreuses, elles m’accompagnaient et me rassuraient au quotidien. Elles ne savent pas à quel point leurs paroles résonnent encore parfois dans ma vie.

En restant toutes ces journées avec elles, j’ai appris à m’occuper de ma fille. La baigner, la sécher, la moucher, la changer, j’étais parée lorsque je rentrais à la maison.

Mais aussi à prendre du recul, ils me mirent dehors plus d’une fois afin que j’aille me reposer, respirer, passer du temps avec mon mari.

Je vous l’ai dit, nous passions des heures et des heures à faire du peau à peau. J’étais seule avec elle, interrompues uniquement par ces professionnels de la santé et du bien-être.

Alex travaillait. Ma mère s’occupait de mon père qui était en convalescence.

Et les autres ? Ils avaient leur vie ! Leur travail, leurs enfants, leurs soucis. Personne ne pouvait accéder à la chambre de la petite. Si on ne peut pas voir le bébé, finalement quelle importance les parents, non ? Je vous rassure, il n’y a aucune amertume dans mes propos. Mais je crois qu’il est important de souligner la solitude des parents d’enfants prématurés. Surtout à Paris bien-sûr où les gens sont absorbés par le rythme infernal de leur vie et stoppé dans leur élan par les distances et les embouteillages.

Pour revenir à ma poupée et à ces 5 semaines d’hôpital, je lui racontais notre vie : la rencontre avec son papa, la demande en mariage. Je lui parlais de notre famille et lui chantais des chansons. Bref j’étais dans ma bulle, en sécurité avec tout le corps médical qui répondait à mes questions.

Le soir, je rentrais chez moi le cœur gros car je n’avais pas le droit de dormir sur place. Mais ne nous leurrons pas, c’est ce qui m’a permis de me « reposer » au moins la nuit. Oui je rentrais à 22h et appelais l’hôpital vers 2h du matin. Non je ne dormais pas d’un sommeil serein. Mais je pouvais dormir 6h consécutives ce qui est un luxe pour une jeune maman.

Mais lorsque l’on nous annonça que nous allions rentrer à la maison, même le papa faisait moins le malin. Héhéhé. Nous allions nous retrouver tous les trois et pas de machines pour surveiller, pas d’infirmière pour nous conseiller.

Premier enfant, première folie ! Alex commandait sur internet des litres de gel hydroalcoolique et des masques. Hors de question que qui que ce soit touche notre joyau sans s’être nettoyé de la tête aux pieds et qui plus est masqué J Je vous ai dit que nous étions dingues de notre fille non ?

Tellement angoissés de rentrer à la maison, et de la transporter en voiture, nous avons roulé à 10 à l’heure jusque chez nous. Heureusement nous étions à 3Km. Je vous laisse toutefois calculer le temps que nous avons mis pour arriver.

Au secours je suis maman !! Au secours, vais-je être comme ma mère ?

Share This:

La grossesse de la cocotte-minute

La grossesse de la cocotte-minute

« Vivre la naissance d’un enfant est notre chance la plus accessible de saisir le sens du mot miracle. « 
 Paul Clavel

Victoria et Alexandre sont mariés, ils ont fait leur voyage de rêve à New York. Ils commencent une nouvelle vie en banlieue parisienne dans un joli appartement. Victoria est enceinte de 5,5 mois.

Nous avons eu un mariage de rêve. Une journée merveilleuse entourée de nos amis et notre famille, cachés tous les deux dans la bulle de notre joli secret, nous attendions un bébé pour janvier 2010.

La majorité des personnes présentes n’étaient pas au courant excepté nos parents et quelques proches. Comme vous vous en doutez j’étais donc surveillée par mon homme, ma mère et mes tantes, comme du lait sur le feu. Mais je profitais à fond de ces moment magiques, malgré une pluie torrentielle qui avait décidé de nous accompagner du jour de la cérémonie jusqu’au retour de notre voyage de noces. Pour le soleil c’était donc râpé.

La grossesse se déroule à peu près sereinement avec mes émotions qui débordent régulièrement. C’est déjà le cas en temps normal, mais alors enceinte c’est la tempête en permanence.

Panique à bord lorsque je dois faire une Amniocentèse. Panique générale lorsqu’en vacances au Maroc, j’ai une grippe intestinale. Bref, il n’y a pas de moment de sérénité puisque tout peut s’arrêter n’importe quand. En tout cas c’est comme ça je le vivais.

A 5 mois et demi, visite mensuelle chez le médecin qui m’arrête sur le champ et me demande de rester chez moi. Merveilleux, moi qui rêvais d’un congé maternité sympa où j’allais pouvoir sortir avec mes copines, faire les magasins et préparer l’arrivée de mon bébé! ça paraissait compromis.

A ce moment-là je n’imaginais pas à quel point.

En effet, c’est là que mon père tomba gravement malade. Autant vous dire que pour la grossesse sereine, on est passé totalement à côté. On ne me disait pas tout mais n’étant ni sourde, ni aveugle et incapable de fermer les yeux, je m’angoissais beaucoup.

Je vous passe les détails, mon père va bien aujourd’hui alors inutile de faire pleurer dans les chaumières. Toutefois, ce jour-là, le médecin m’autorisait à le visiter à l’hôpital car « il n’y avait plus rien à faire, il valait mieux ne pas traîner ». En le voyant, amaigri dans sol lit, j’eus un tel choc que, le soir même je me retrouvais aux urgences avec un gros risque d’accouchement prématuré.

A cet époque sévissait la grippe A, on nous bassinait sur le sujet ou plutôt devrais-je dire on nous terrorisait en cultivant la psychose. Je fus donc hospitalisée, il fallait surveiller bébé. Je restais seule, alitée, toute la journée. Ma famille était avec mon père dans l’est parisien et moi j’étais avec mon mari dans l’ouest. Et accessoirement mon mari travaillait. Oui, il y a vraiment des choses inadmissibles, n’est-ce pas ? Quelle idée de travailler dans des moments pareils!

Le pire c’était la nuit, car je faisais des crises d’angoisse. Mais pendant cette période j’ai encore une fois fait de belles rencontres, de personnes bienveillantes, patientes et à l’écoute. Le personnel médical de l’Hôpital Louis Mourier à Colombes était vraiment merveilleux. Je m’apaisais, les jours passaient et chaque jour était un jour de gagné vis-à-vis de la prématurité. Je parlais à mon bébé, ma petite fille ! Ah oui je ne vous ai pas dit, grâce à l’amniocentèse nous avons su rapidement que c’était une fille.

J’essayais de lui parler, l’exercice n’était pas simple. J’avais du mal à me connecter à elle. Et pourtant elle me mettait de sacrés coups de pieds! Difficile d’oublier sa présence, déjà coquine.

Toutefois je crois que j’étais encore la petite fille de mon père. J’étais terrorisée par tout ce qui se passait. Je ne pouvais être présente avec les miens dans ces moments difficiles. J’étais malheureuse et très en colère. En colère parce qu’ impuissante, en colère parce que seule dans cette chambre d’hôpital, en colère parce que mon père avait vraiment mal choisi son moment, en colère parce que je paniquais. Bref j’étais en colère. Et quand vous êtes en colère, enfermée dans une chambre sans pouvoir bouger, vous devenez une cocotte-minute.

Je vous passe les détails de mon retour à la maison 48h durant, pour repartir illico aux urgences en pleine nuit. Et oui mon bébé avait décidé de sortir. Je crois que vivre dans une cocotte-minute ne devait pas être très agréable. Remarquez ça  peut se comprendre, c’était vraiment le bazar là dedans, pauvre poupette elle était en pleine tempête.

Nous étions donc tous les deux, Alex et moi, aux urgences avec des contractions. Je souffrais. Croyez moi ou pas, je ne suis pas une chochotte mais là ce n’était plus un mythe: les contractions ça fait mal. Moi qui déteste me faire remarquer, je n’arrivais pas à m’empêcher de crier. Mon pauvre mari ne savait plus quoi faire. Les infirmières qui venaient régulièrement voir si tout allait bien me répétaient en boucle « Soufflez ». Résultat, Alex qui cherchait une solution pour me soulager me dit « souffle ». Au regard que je lui jetais, le mot resta bloqué dans sa gorge.   Malgré la douleur, j’avais envie de rire devant son air contrit.

J’avais beaucoup angoissé pendant ma grossesse, j’avais peur de l’accouchement mais je n’avais jamais envisagé avoir un bébé prématuré. On a beau vouloir tout contrôler et anticiper, le ciel vous réserve toujours des surprises. Notre princesse est donc née avec deux mois d’avance. Tout est allé très vite. Sans trop de difficulté, elle est arrivée dans un nuage de douceur, accueillie par son papa et sa maman en extase totale devant ce miracle de la vie.

Une nuit blanche pour un raz de marée d’amour et de bonheur. Elle fut tout de suite prise en mains par le service de néonatologie et mise en couveuse.

Passée l’euphorie des premières heures, je n’osais plus être heureuse. Non pas parce qu’il y avait un risque, mais tout simplement parce que je ne me l’autorisais pas. « On ne sait jamais »…

J’annonçais quand même la nouvelle par le traditionnel SMS. 7h du matin ça faisait un peu tôt pour lancer les festivités et la fanfare. C’est honteux. (La honte, encore celle là: L’obsession de Victoria (partie 2))

En apprenant la nouvelle, mon père pris le chemin de la guérison. Je crois qu’il avait finalement envie de connaître sa première petite fille. D’une certaine manière elle lui avait mis un bon coup de pied aux fesses en l’obligeant à se « réveiller ».

J’avoue humblement que les premières heures, j’avais un peu peur de toucher mon bébé.

A ma décharge, rappelons le contexte, nous sommes en plein pic de la grippe A. Ma fille était en couveuse dans un espace accessible uniquement après avoir enfilé blouses et masques. « Branchée » à quelques machines bruyantes permettant de surveiller sa respiration, son oxygénation, et son rythme cardiaque, elle semblait si fragile. C’était très impressionnant. Elle dormait comme un chaton. Je laissais donc le changement de la première couche à Alex, je craignais de lui faire mal.

Je vous vois venir, vous pensez que je ne voulais pas changer la couche? …Et bien je n’avouerai jamais:)

Encore une fois, le personnel médical se montra très rassurant et m’accompagna. J’acceptais de la prendre dans les bras sous l’œil vigilant d’une infirmière pour un contact peau à peau. Technique indispensable au bon développement des enfants et notamment dans les cas de prématurité. En effet, « quand bébé est contre vous, il reconnaît les sensations et les sons qui l’entouraient durant la grossesse, comme les battements de votre cœur, ce qui facilite la transition entre votre utérus et le monde extérieur. Le contact peau à peau vous aide à faire connaissance avec ce nouveau petit être tant attendu et favorise le lien d’attachement. « 

Concrètement, il y avait des fils partout mais elle était contre mon cœur et là le raz de marée continuait. Autant d’amour en si peu de temps, mélangé à une indicible angoisse, je n’étais pas sûr de pouvoir accueillir autant d’émotions.

C’était sans compter sur l’infinie capacité d’aimer que l’être humain a en lui. Devenir maman allait changer ma perception de la vie. Je ne savais pas encore qu’elle allait accélérer ma quête.

Share This:

L’obsession de Victoria (partie 3)

L’obsession de Victoria (partie 3)

« Il faut avant de donner la vie, l’aimer et la faire aimer ».

Henry BORDEAUX

Avril 2009, les billets pour New York sont réservés. A quelques semaines du Jour J, l’organisation du mariage est sous contrôle. Victoria et Alexandre profitent des premiers rayons du soleil du printemps. Rappelons qu’ils ont décidé de prendre une pause  » traitements » pour leur projet bébé. Ils vivent leur histoire sereinement l’un avec l’autre et l’un pour l’autre.

Les journées s’enchainent tranquillement. Je m’ennuierai presque dis donc.

Il faut dire que ces quatre dernières années ont été bien chargées. Dépression, divorce, changement de boulot, nouveau petit copain, deux déménagements, traitements hormonaux, fractures de l’épaule droite et de la main gauche etc … tout ceci avait rythmé ma vie. Et encore je ne rentre pas dans les détails parce que là, rien qu’en écrivant je suis fatiguée.

En allant déjeuner avec une copine, celle-ci me demandait où j’en étais dans mes projets de bébé. Oui, parce que vous avez toujours une bonne âme pour vous ramener à votre réalité. Et puis à 30 ans passés quel autre sujet de conversation ? C’est à croire que les filles n’ont rien d’autres à penser.

Mais à cette période, ma préoccupation était notre mariage. Mais bien sûr ! Vous m’avez cru en lisant cette phrase n’est-ce pas ?

Vous dire qu’à ce moment-là, je ne pensais pas du tout à l’idée d’avoir un bébé, serait un énorme mensonge. Vous noterez mon honnêteté redoutable.

J’étais vraiment en pause… sur le principe, et je savais que « pas d’hormones pas de bébé ». J’avais pourtant choisi de prendre un petit traitement de confort dirons-nous afin d’avoir des cycles réguliers et de pouvoir « maîtriser » mon planning. Une vraie working girl ! On ne se refait pas.

Mesdames, messieurs, une obsession reste une obsession. Ne pas penser à cette envie de bébé quand vous êtes une femme? Nous sommes conditionnées par notre horloge biologique certes mais aussi par notre chère société. Nos  cycles, enfin, nous le rappellent tous les mois.

« N’y pense pas » me disait-on tous les jours. Non mais franchement ! Je cogite en permanence, mon cerveau est tout le temps en ébullition !  Autant me demander d’arrêter de respirer ! Cette phrase est insupportable pour les femmes qui vivent cette situation, sachez-le. Personne ne commande ses pensées, ou alors on est maître Yogi. Personnellement je ne sais pas « ne pas penser » alors « ne pas Y penser »….

Ce n’est pas Descartes qui dit « Je pense donc je suis? » Il était malin lui déjà l’époque. Encore que, peut être devrions nous dire « Je suis donc je pense » non?  Allez, je m’égare comme d’habitude. Normal, je pense en même temps que j’écris.(hihihi)

Donc, sur les conseils de cette fameuse copine (celle du déjeuner), je prends rendez-vous chez son « médecin, spécialisée dans les problèmes de fertilité, de grande de folie », « le meilleur de la place de Paris ». Encore un autre! Parce que tout le monde connaît le meilleur médecin de Paris dans ces moments-là. Et je vous jure, j’en ai vu des phénomènes. Qui fut le pire ? Celui qui me reçut à 8h45 et me libéra à 8h55 avec une ordonnance pour une batterie d’examens. Pas d’auscultation, pas de questions et une facture de 150 euros ?

Ou celle qui m’accueillit avec un kilo de bijoux à chaque main et me diagnostiqua (sans examens) un problème d’anovulation ?

Vous n’avez pas du tout l’impression en sortant du cabinet de ce genre de médecin d’être une machine à sous. Non, non, vraiment, je vous assure.

Je prends donc rendez-vous chez cette merveille en me disant qu’au moins, avec lui, on préparera le terrain pour des traitements plus poussés dès septembre. J’étais sûre d’une chose, en effet, avec ce spécialiste on allait passer à l’étape supérieure. J’allais sur mes 34 ans, on essayait avec Alex depuis plus de deux ans. J’avais un passif je vous le rappelle. L’obsession de Victoria (partie 1)

Les cachets puis les piqûres n’ayant rien  donné, on allait enfin, passer à l’’insémination puis la FIV (Fécondation in vitro). Oui, c’est ce qu’on appelle le protocole de la PMA (procréation médicale assistée). J’avais de nombreuses copines qui étaient passées par là et j’avais lu des tonnes d’articles sur le sujet. J’étais bien renseignée, à défaut d’être enceinte, je connaissais toutes les techniques.

Me  voilà donc dans le cabinet de ce ponte de la fertilité, le Docteur LY, seule. Inutile de traîner Alex voire même de lui dire.

Enfin, un docteur digne de ce nom, il commença par le début : m’interrogea sur ma vie et mon parcours. Puis, il me prescrit une batterie d’examens à faire lors de mon prochain cycle pour mettre en place un protocole à la rentrée. Je vous rappelle que nous étions en avril. Je partis toute légère en me disant: « voilà une bonne chose de faite, je suis tranquille jusqu’en septembre ». Pour le reste je n’étais franchement pas à une piqure prés J donc je pouvais commencer les examens.

Malheureusement, blocage ou problème avec le traitement en cours, mes règles n’arrivaient pas. J’envoyais donc un mail au Dr LY en lui demandant quoi faire. Top ce médecin, non ? Moderne, je pouvais lui envoyer des mails et tout. J’adore.

Sa réponse fut laconique : « faites un test de grossesse ».

NOOON, il ne va pas s’y mettre celui-là aussi. Franchement, ils me saoulent tous. Ils ne se rendent pas compte ! Ça me donne un espoir que je ne veux pas avoir ! Je ne supporte plus cette déception !

Mais bien sûr que je vais le faire ce p… de test. Maintenant qu’il m’a mis la puce à l’oreille, le poison dans le cœur, que puis-je faire d’autre sinon obtempérer ?  Pourquoi suis-je allée le voir, j’étais tranquille ça pouvait attendre !

Voilà l’état d’esprit dans lequel je suis lorsque je fais ce test, seule le soir en rentrant après le boulot veille d’un jour férié. Mon homme n’était pas là et même pas au courant de ce qui se tramait.

Lire la suite

Share This: