« Tilt » or not « tilt »?

« Tilt » or not « tilt »?

« Notre esprit est une éponge qui s’imbibe de suggestions ». Francis PICABIA

Fin janvier 2016, il fait nuit, Victoria est en voiture, elle rentre du bureau. En général, elle profite du trajet pour téléphoner à ses proches. Mais ce soir-là, elle n’est pas en forme, plutôt déprimée comme c’est le cas depuis quelques semaines. La fin de l’année 2015 a été traumatisante, à bien des égards. La gorge serrée, elle repense aux derniers mois qui viennent de s’écouler.

40 ans! J’ai eu 40 ans en juillet 2015.  Je n’ai pas de problème avec mon âge mais tout de même…. Pour une femme, cela implique beaucoup de choses. Certaines sont imposées par la société telles que la jeunesse et la beauté . D’autres sont incontournables voire inévitables telle que l’horloge biologique pour ne parler que de la maternité.

Je suis donc, au chaud dans ma voiture et je cogite.

4 ans ! 4 ans déjà que nous essayons d’avoir bébé 2. Presque que 4 ans que nous avons recommencé les traitements. Tu penses bien qu’à 37 ans et le passif que j’avais, mon gynécologue m’a de suite prescrit un traitement de stimulation. Et oui naïvement nous pensions qu’Emma étant arrivée presque « naturellement », le 2nd allait ramener ses fesses sans souci. Tu parles, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Non mais franchement, ce n’est pas rigolo si ce n’est pas le parcours du combattant. En même temps c’est un peu de ma faute à vouloir la ramener avec mes grandes théories : « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » !! Résultat : quand c’est facile, ça me gave.

Lire la suite

Share This:

Aie confiance….

Aie confiance….

« Les soins d’une mère pour son enfant sont le fruit de l’expérience de toute sa vie. » François-René de Chateaubriand

Victoria continue son chemin de maman et prend son rôle très à cœur. Etre mère est un rôle au quotidien. Mais pour cette trentenaire « qui doit montrer l’exemple », c’est le job de sa vie. On ne rigole pas avec l’exemplarité.

Je suis l’aînée de la famille, de mes frères et sœur mais aussi de tous mes cousins et cousines maternels. Et nous sommes nombreux. J Je suis la première, je suis une fille, celle qui doit montrer l’exemple.

Depuis toujours, à l’école, au lycée, en école de commerce, aujourd’hui, dans ma vie professionnelle, dans ma vie privée, je suis à l’identique voire pire. Je ne plaisante pas avec ce sujet. Je dois être parfaite pour être un modèle.

En tant que manager, je me dois d’être à la hauteur. Comment peut-on demander aux autres d’être professionnels si nous ne le sommes pas nous même. Comment leur demander de respecter les horaires lorsque nous même n’avons pas de discipline. Comment exiger le sourire de vos équipes, si vous faites la tête toute la journée.

Vous l’avez compris je suis exigeante avec moi-même et j’attends beaucoup des autres.

Lire la suite

Share This:

Le courage de ses peurs

Le courage de ses peurs

« J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre. » Nelson Mandela

Nous sommes en 2004, Victoria décide de poursuivre sa thérapie avec le Dr Rocat. Elle enchaîne les rendez-vous et chaque  séance apporte son lot de remises en question. Lentement elle fait son chemin.

Je suis assidue et sérieuse mais ça vous l’aviez compris n’est-ce pas ? Je suis « La voix de la sagesse » ce qui implique que j’ai le syndrome de la première de la classe. Je veux être parfaite même en tant que patiente. Je suis donc une patiente modèle.

Toutes les semaines, je me rends au cabinet du Dr ROCAT où je déballe ma vie. Mon enfance au Maroc, mon arrivée à Paris, ma vie d’étudiante, je n’ai pas de secret pour cette étrangère. Je me libère et parle avec elle comme je ne le fais jamais avec personne. Je découvre ainsi que, si je sais écouter, je n’ai jamais vraiment dévoilé mon cœur. Je n’ai jamais posé un genou à terre et libéré ma parole. Dans cet endroit feutré, qui semble garder tous les secrets, je baisse enfin la garde et délivre mon cœur de mes angoisses.

Elle pose des questions, je réponds. Elle oriente ma réflexion et m’amène systématiquement à rechercher les réponses en moi. Et comme je vous l’ai dit dans « Quand débute la thérapie » elles sont là. Encore faut-il que j’accepte de voir la vérité en face : MA vérité.

Au cours de nos échanges je découvre la signification de deux mots très liés. Des mots que nous utilisons, chaque jour, sans nous rendre compte de leur impact sur notre fonctionnement et celui de notre entourage.

LA PEUR vs LE COURAGE

Pourquoi la peur ? Tout le monde sait ce qu’est la peur n’est-ce pas ? Je ne vais quand même pas vous définir ce mot aujourd’hui ! Et pourtant il a fallu que le Dr ROCAT le fasse. Évidemment, elle n’est pas allée me chercher le Larousse et fait la lecture.

Pourquoi le courage? Parce que « A cœur vaillant rien d’impossible » et moi je n’ai peur de rien, je suis un valeureux guerrier version féminine.

Lire la suite

Share This:

Quand débute la thérapie

Quand débute la thérapie

« La seule raison d’être de la douleur, c’est de secouer votre sommeil. Quand l’intelligence consciente s’éveille, s’en est fini de souffrir » Osho Rajneesh

Victoria est assise au milieu de ce jardin magique aux couleurs chatoyantes.
Quel merveilleux endroit!Des orangers, des bougainvilliers et un silence apaisant interrompu par le gazouillis des oiseaux. Elle observe, elle absorbe cette douceur et laisse ses souvenirs affluer.

Décembre 2003, je rentre dans le cabinet du Dr ROCAT. C’est une femme. Elle est psychiatre. J’ai trouvé ses coordonnées dans les pages jaunes.
Je suis mal, pleine de questions, malheureuse. Je suis coincée dans ma vie, prise au piège mais que faire?
J entends, je devine les autres et les amène a me parler. Puis je les écoute, je les console, je les conseille. Ces moments me permettent de faire le silence dans ma tête, dans mon cœur, de me sentir moins seule parfois, souvent plus utile.

Je suis mariée depuis 3 ans. J ai trouvé une place de choix au sein d une grande famille. Je me reconnais dans ce modèle. Je suis avec un homme qui a le même style physique que mon père et la même culture que ma mère. Il est un bon compromis entre les deux.
Il est, à l’époque, selon moi, le style d’homme qu’aurait dû épouser ma mère.
Vous allez voir, des certitudes comme ça j’en ai des tas.
Je vais donc commencer mon chemin avec le leitmotiv suivant  » si jeunesse savait, si vieillesse pouvait ».

A ce moment la de ma vie, il est temps que je trouve quelqu’un pour m’accompagner, me guider. Au risque de paraître extrêmement prétentieuse je crois que j’avais besoin de quelqu’un qui m’amène à réfléchir comme je le faisais moi-même avec les autres. En effet, personne ne m aidait avec des phrases toutes faites du genre « sois patiente »,  » c’est ça la vie », « les hommes sont tous comme ça » ou encore  » arrête d’y penser » en parlant de mon désir de grossesse.

Oui parce que j étais mal et les raisons qui me paraissaient évidentes du premier coup d œil étaient:
– ma vie de couple que je qualifierais aujourd’hui sans scrupule de « chiante à mourir » j’avais 28 ans et l’impression d’en avoir 50.
– mon envie de ce bébé qui ne venait pas depuis 3 ans.
Je sentais que mon mal-être était plus profond, j’observais mes collègues, j’écoutais les autres et voyais bien qu’un truc clochait. Je n’étais pas à ma place mais je n’arrivais pas à le formuler. Je vous ai déjà dit que j’étais une femme sage, je pense que je vous ai dit aussi que je suis « née vieille ». Mais cette sagesse était insuffisante, je n’avais pas assez d’expérience et de recul sur la vie pour mettre des mots sur ce que je ressentais, pour comprendre mon sentiment de vide. Je cherchais des réponses dans l’astrologie, la numérologie, la voyance. Parce que dans l’obscurité, qu’importe le chemin, il était l’opportunité d’une lumière.

Mais finalement j’ai choisi d’essayer de comprendre et j’ai pris rendez vous avec cette femme. Me voilà donc dans le cabinet du Docteur ROCAT. J ai pris mon courage (encore celui-là), à deux mains et j’arrive à l’heure. C’est la moindre des choses me direz-vous 🙂
Paris, immeuble haussmannien, je rentre dans cet appartement qui accueille deux médecins. C’est vieillot, j’imagine bien des personnes âgées déambuler de pièce en pièce. De vieilles femmes à la mise en pli parfaite, aux cheveux violines pourraient y vivre. Le Docteur ROCAT doit être ce type de femme.

Lire la suite

Share This: