« Tilt » or not « tilt »?

« Tilt » or not « tilt »?

« Notre esprit est une éponge qui s’imbibe de suggestions ». Francis PICABIA

Fin janvier 2016, il fait nuit, Victoria est en voiture, elle rentre du bureau. En général, elle profite du trajet pour téléphoner à ses proches. Mais ce soir-là, elle n’est pas en forme, plutôt déprimée comme c’est le cas depuis quelques semaines. La fin de l’année 2015 a été traumatisante, à bien des égards. La gorge serrée, elle repense aux derniers mois qui viennent de s’écouler.

40 ans! J’ai eu 40 ans en juillet 2015.  Je n’ai pas de problème avec mon âge mais tout de même…. Pour une femme, cela implique beaucoup de choses. Certaines sont imposées par la société telles que la jeunesse et la beauté . D’autres sont incontournables voire inévitables telle que l’horloge biologique pour ne parler que de la maternité.

Je suis donc, au chaud dans ma voiture et je cogite.

4 ans ! 4 ans déjà que nous essayons d’avoir bébé 2. Presque que 4 ans que nous avons recommencé les traitements. Tu penses bien qu’à 37 ans et le passif que j’avais, mon gynécologue m’a de suite prescrit un traitement de stimulation. Et oui naïvement nous pensions qu’Emma étant arrivée presque « naturellement », le 2nd allait ramener ses fesses sans souci. Tu parles, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Non mais franchement, ce n’est pas rigolo si ce n’est pas le parcours du combattant. En même temps c’est un peu de ma faute à vouloir la ramener avec mes grandes théories : « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » !! Résultat : quand c’est facile, ça me gave.

Lire la suite

Share This:

Etre Maman, au secours !

Etre Maman, au secours !

« Quand tu as accouché tu as le baby  blues….Johnny, il a le blues! Toi, tu as une dépression post-partum. » Florence Foresti

Victoria et Alex ont « accueilli » dans leur vie leur petite princesse, arrivée avec deux mois d’avance. Les premières semaines sont rythmées par les allers et retours à l’hôpital. Victoria est empêtrée dans ses émotions.

Comme je vous l’ai déjà dit, rencontrer ma fille fut un raz de marée d’émotions. Toutes les deux, dans un peau à peau quotidien, en osmose dans notre bulle, nous faisions connaissance. Quelques jours après l’accouchement, je me mis à pleurer. Il paraît  que c’est normal. Le médecin me dit : « à J+2 (soit 2 jours après l’accouchement), le taux d’hormones  chute ce qui explique que toutes les mamans sont envahies par les larmes. » C’est cool, je rentre dans la case du J+2. Même dans ces moments là, je suis la première de la classe J Il a juste oublié de me dire que ce ne serait pas quelques « larmichettes » mais bien un torrent d’eau qui sortirait de mes yeux.

Impossible de gérer, parce qu’aux larmes se sont rajoutées la peur et l’angoisse. Vous l’avez compris, chez moi, c’est le trio gagnant : angoisse, peur et larmes. Et là, c’est  le jackpot, elles sont bien installées et tournent en boucle dans mon corps et dans ma tête.

Entourée de médecins, d’infirmières, j’ai le tournis. Je vis à leur rythme dans la chambre d’hôpital de mon bébé. Je suis là sans être là. Je suis en permanence en blouse, avec un masque. Chaque fois que je la prends, je me lave les mains avec le gel hydroalcoolique. Ça devient obsessionnel.

J’ai peur que tout s’arrête. Les médecins ne cessent de me rassurer, de s’occuper de ma fille. Une naissance est déjà un grand changement dans la vie d’une maman, me disent-ils, mais une naissance prématurée est encore plus « violente ». Tu m’étonnes ! Dire qu’on ne m’avait pas prévenu.

Elle est toute petite, elle a l’air si fragile.

Il faut dire aussi que pour « la traumatisée de la vie » que je suis c’est plutôt chaotique. Dans les heures qui ont suivi sa naissance, les médecins lui ont rasé la tête pour mettre une perfusion car les veines de ses mains étaient trop petites. Elle fut ensuite installée sous une lumière bleue à cause de la jaunisse. Autant vous dire qu’on se croyait chez les martiens. C’était assez étrange de rentrer dans la chambre de la petite et la voir dans sa couveuse avec des « lunettes de soleil » sous une lumière bleue, avec pour tout vêtement une couche.

Mais on s’habitue. Je vous rappelle que nous étions très seuls tous les 3. Personne ne pouvait entrer dans le service de néonatologie donc pas de visite. Du coup, difficile de se faire des blagues, dans ces contextes vous tournez beaucoup en boucle. Personnellement, j’avais du mal à faire preuve de légèreté.

Au bout de 4 jours, je rentrais à la maison, sans ma puce.  Quelle angoisse ! Je rentrais en larmes. Furieux, mon mari me rappela à l’ordre avec son calme habituel mais avec des mots bien choisis.

Mon gentil amoureux, qui me ménageait toujours, qui me protégeait, qui me chouchoutait ! Le voilà qui me criait dessus ! Bon, relativisons, il n’a pas trop la voix qui porte. M’enfin quand même, il me dit sèchement : « on vit le plus grand bonheur du monde et toi tu pleures !! Tu ne sais pas être heureuse ! » ET VLAN !

Quoi ? Comment pouvait-il me parler comme ça ? Moi qui souffrais? Moi qui avais peur ? Moi qui n’avais pas réussi à garder mon bébé jusqu’au bout dans mon ventre ? Moi qui ne savais pas quoi faire pour être une bonne maman ? Comment osait-il cet Homme qui ne comprenait rien aux problèmes de femme ? Je lui en voulais beaucoup, quel culot !

Si pendant 24h j’eus envie de l’étriper. Ma lucidité, au milieu de ce débordement hormonal, remonta à la surface et je me calmais. Il avait raison, tout allait bien et les médecins étaient rassurants. Il fallait vraiment que j’arrête de me regarder le nombril et de voir tout en noir.

Elle avait un poids correct, voire bon pour une prématurée, elle était sous surveillance permanente. Notre petite fille était née, elle était magnifique, douce comme un nuage et sage comme une image. (Ben quoi c’est ma fille, je suis très objective je vous assure).

Évidemment c’est toujours plus facile à dire qu’à intégrer mais je me gérais du mieux que je pouvais.

Je commençais donc à me calmer. On nous annonça que notre fille n’avait pas besoin d’être dans un service de niveau 3. Nous devions donc changer d’hôpital. Elle continuerait à être en couveuse mais il fallait laisser la place pour des cas plus grave.

Au secours, encore un changement ? Je ne veux pas quitter cet endroit. Rien à cirer des cas plus graves ! Rebelote les « sanglots », la peur et l’angoisse. Je me suis toutefois de nouveau détachée de mon nombril car il ne fallait pas pousser. Je voyais bien dans les chambres à côté ce que pouvait être des cas plus graves. Et puis de toute façon, je n’avais pas le choix.

Je vais vous passer les détails parce que nos aventures durèrent 5 semaines avant que notre princesse d’amour ne rentre à la maison. C’était un 24 décembre. Joli cadeau de Noel, non ?

Oui ce fut 5 longues semaines. Mais aujourd’hui, bien que je sois convaincue qu’en vieillissant  nous avons moins de certitudes, j’en ai encore quelques  unes dont les suivantes :

  • Il y a toujours un mal pour un bien
  • Rien n’arrive pour rien. A nous de savoir tirer les leçons qui s’imposent et profiter des rencontres que nous faisons.

C’est pourquoi j’ai envie de vous dire, qu’avant toute chose, ce fut 5 semaines de rencontres avec des personnes extraordinaires. Patientes, généreuses, elles m’accompagnaient et me rassuraient au quotidien. Elles ne savent pas à quel point leurs paroles résonnent encore parfois dans ma vie.

En restant toutes ces journées avec elles, j’ai appris à m’occuper de ma fille. La baigner, la sécher, la moucher, la changer, j’étais parée lorsque je rentrais à la maison.

Mais aussi à prendre du recul, ils me mirent dehors plus d’une fois afin que j’aille me reposer, respirer, passer du temps avec mon mari.

Je vous l’ai dit, nous passions des heures et des heures à faire du peau à peau. J’étais seule avec elle, interrompues uniquement par ces professionnels de la santé et du bien-être.

Alex travaillait. Ma mère s’occupait de mon père qui était en convalescence.

Et les autres ? Ils avaient leur vie ! Leur travail, leurs enfants, leurs soucis. Personne ne pouvait accéder à la chambre de la petite. Si on ne peut pas voir le bébé, finalement quelle importance les parents, non ? Je vous rassure, il n’y a aucune amertume dans mes propos. Mais je crois qu’il est important de souligner la solitude des parents d’enfants prématurés. Surtout à Paris bien-sûr où les gens sont absorbés par le rythme infernal de leur vie et stoppé dans leur élan par les distances et les embouteillages.

Pour revenir à ma poupée et à ces 5 semaines d’hôpital, je lui racontais notre vie : la rencontre avec son papa, la demande en mariage. Je lui parlais de notre famille et lui chantais des chansons. Bref j’étais dans ma bulle, en sécurité avec tout le corps médical qui répondait à mes questions.

Le soir, je rentrais chez moi le cœur gros car je n’avais pas le droit de dormir sur place. Mais ne nous leurrons pas, c’est ce qui m’a permis de me « reposer » au moins la nuit. Oui je rentrais à 22h et appelais l’hôpital vers 2h du matin. Non je ne dormais pas d’un sommeil serein. Mais je pouvais dormir 6h consécutives ce qui est un luxe pour une jeune maman.

Mais lorsque l’on nous annonça que nous allions rentrer à la maison, même le papa faisait moins le malin. Héhéhé. Nous allions nous retrouver tous les trois et pas de machines pour surveiller, pas d’infirmière pour nous conseiller.

Premier enfant, première folie ! Alex commandait sur internet des litres de gel hydroalcoolique et des masques. Hors de question que qui que ce soit touche notre joyau sans s’être nettoyé de la tête aux pieds et qui plus est masqué J Je vous ai dit que nous étions dingues de notre fille non ?

Tellement angoissés de rentrer à la maison, et de la transporter en voiture, nous avons roulé à 10 à l’heure jusque chez nous. Heureusement nous étions à 3Km. Je vous laisse toutefois calculer le temps que nous avons mis pour arriver.

Au secours je suis maman !! Au secours, vais-je être comme ma mère ?

Share This:

La grossesse de la cocotte-minute

La grossesse de la cocotte-minute

« Vivre la naissance d’un enfant est notre chance la plus accessible de saisir le sens du mot miracle. « 
 Paul Clavel

Victoria et Alexandre sont mariés, ils ont fait leur voyage de rêve à New York. Ils commencent une nouvelle vie en banlieue parisienne dans un joli appartement. Victoria est enceinte de 5,5 mois.

Nous avons eu un mariage de rêve. Une journée merveilleuse entourée de nos amis et notre famille, cachés tous les deux dans la bulle de notre joli secret, nous attendions un bébé pour janvier 2010.

La majorité des personnes présentes n’étaient pas au courant excepté nos parents et quelques proches. Comme vous vous en doutez j’étais donc surveillée par mon homme, ma mère et mes tantes, comme du lait sur le feu. Mais je profitais à fond de ces moment magiques, malgré une pluie torrentielle qui avait décidé de nous accompagner du jour de la cérémonie jusqu’au retour de notre voyage de noces. Pour le soleil c’était donc râpé.

La grossesse se déroule à peu près sereinement avec mes émotions qui débordent régulièrement. C’est déjà le cas en temps normal, mais alors enceinte c’est la tempête en permanence.

Panique à bord lorsque je dois faire une Amniocentèse. Panique générale lorsqu’en vacances au Maroc, j’ai une grippe intestinale. Bref, il n’y a pas de moment de sérénité puisque tout peut s’arrêter n’importe quand. En tout cas c’est comme ça je le vivais.

A 5 mois et demi, visite mensuelle chez le médecin qui m’arrête sur le champ et me demande de rester chez moi. Merveilleux, moi qui rêvais d’un congé maternité sympa où j’allais pouvoir sortir avec mes copines, faire les magasins et préparer l’arrivée de mon bébé! ça paraissait compromis.

A ce moment-là je n’imaginais pas à quel point.

En effet, c’est là que mon père tomba gravement malade. Autant vous dire que pour la grossesse sereine, on est passé totalement à côté. On ne me disait pas tout mais n’étant ni sourde, ni aveugle et incapable de fermer les yeux, je m’angoissais beaucoup.

Je vous passe les détails, mon père va bien aujourd’hui alors inutile de faire pleurer dans les chaumières. Toutefois, ce jour-là, le médecin m’autorisait à le visiter à l’hôpital car « il n’y avait plus rien à faire, il valait mieux ne pas traîner ». En le voyant, amaigri dans sol lit, j’eus un tel choc que, le soir même je me retrouvais aux urgences avec un gros risque d’accouchement prématuré.

A cet époque sévissait la grippe A, on nous bassinait sur le sujet ou plutôt devrais-je dire on nous terrorisait en cultivant la psychose. Je fus donc hospitalisée, il fallait surveiller bébé. Je restais seule, alitée, toute la journée. Ma famille était avec mon père dans l’est parisien et moi j’étais avec mon mari dans l’ouest. Et accessoirement mon mari travaillait. Oui, il y a vraiment des choses inadmissibles, n’est-ce pas ? Quelle idée de travailler dans des moments pareils!

Le pire c’était la nuit, car je faisais des crises d’angoisse. Mais pendant cette période j’ai encore une fois fait de belles rencontres, de personnes bienveillantes, patientes et à l’écoute. Le personnel médical de l’Hôpital Louis Mourier à Colombes était vraiment merveilleux. Je m’apaisais, les jours passaient et chaque jour était un jour de gagné vis-à-vis de la prématurité. Je parlais à mon bébé, ma petite fille ! Ah oui je ne vous ai pas dit, grâce à l’amniocentèse nous avons su rapidement que c’était une fille.

J’essayais de lui parler, l’exercice n’était pas simple. J’avais du mal à me connecter à elle. Et pourtant elle me mettait de sacrés coups de pieds! Difficile d’oublier sa présence, déjà coquine.

Toutefois je crois que j’étais encore la petite fille de mon père. J’étais terrorisée par tout ce qui se passait. Je ne pouvais être présente avec les miens dans ces moments difficiles. J’étais malheureuse et très en colère. En colère parce qu’ impuissante, en colère parce que seule dans cette chambre d’hôpital, en colère parce que mon père avait vraiment mal choisi son moment, en colère parce que je paniquais. Bref j’étais en colère. Et quand vous êtes en colère, enfermée dans une chambre sans pouvoir bouger, vous devenez une cocotte-minute.

Je vous passe les détails de mon retour à la maison 48h durant, pour repartir illico aux urgences en pleine nuit. Et oui mon bébé avait décidé de sortir. Je crois que vivre dans une cocotte-minute ne devait pas être très agréable. Remarquez ça  peut se comprendre, c’était vraiment le bazar là dedans, pauvre poupette elle était en pleine tempête.

Nous étions donc tous les deux, Alex et moi, aux urgences avec des contractions. Je souffrais. Croyez moi ou pas, je ne suis pas une chochotte mais là ce n’était plus un mythe: les contractions ça fait mal. Moi qui déteste me faire remarquer, je n’arrivais pas à m’empêcher de crier. Mon pauvre mari ne savait plus quoi faire. Les infirmières qui venaient régulièrement voir si tout allait bien me répétaient en boucle « Soufflez ». Résultat, Alex qui cherchait une solution pour me soulager me dit « souffle ». Au regard que je lui jetais, le mot resta bloqué dans sa gorge.   Malgré la douleur, j’avais envie de rire devant son air contrit.

J’avais beaucoup angoissé pendant ma grossesse, j’avais peur de l’accouchement mais je n’avais jamais envisagé avoir un bébé prématuré. On a beau vouloir tout contrôler et anticiper, le ciel vous réserve toujours des surprises. Notre princesse est donc née avec deux mois d’avance. Tout est allé très vite. Sans trop de difficulté, elle est arrivée dans un nuage de douceur, accueillie par son papa et sa maman en extase totale devant ce miracle de la vie.

Une nuit blanche pour un raz de marée d’amour et de bonheur. Elle fut tout de suite prise en mains par le service de néonatologie et mise en couveuse.

Passée l’euphorie des premières heures, je n’osais plus être heureuse. Non pas parce qu’il y avait un risque, mais tout simplement parce que je ne me l’autorisais pas. « On ne sait jamais »…

J’annonçais quand même la nouvelle par le traditionnel SMS. 7h du matin ça faisait un peu tôt pour lancer les festivités et la fanfare. C’est honteux. (La honte, encore celle là: L’obsession de Victoria (partie 2))

En apprenant la nouvelle, mon père pris le chemin de la guérison. Je crois qu’il avait finalement envie de connaître sa première petite fille. D’une certaine manière elle lui avait mis un bon coup de pied aux fesses en l’obligeant à se « réveiller ».

J’avoue humblement que les premières heures, j’avais un peu peur de toucher mon bébé.

A ma décharge, rappelons le contexte, nous sommes en plein pic de la grippe A. Ma fille était en couveuse dans un espace accessible uniquement après avoir enfilé blouses et masques. « Branchée » à quelques machines bruyantes permettant de surveiller sa respiration, son oxygénation, et son rythme cardiaque, elle semblait si fragile. C’était très impressionnant. Elle dormait comme un chaton. Je laissais donc le changement de la première couche à Alex, je craignais de lui faire mal.

Je vous vois venir, vous pensez que je ne voulais pas changer la couche? …Et bien je n’avouerai jamais:)

Encore une fois, le personnel médical se montra très rassurant et m’accompagna. J’acceptais de la prendre dans les bras sous l’œil vigilant d’une infirmière pour un contact peau à peau. Technique indispensable au bon développement des enfants et notamment dans les cas de prématurité. En effet, « quand bébé est contre vous, il reconnaît les sensations et les sons qui l’entouraient durant la grossesse, comme les battements de votre cœur, ce qui facilite la transition entre votre utérus et le monde extérieur. Le contact peau à peau vous aide à faire connaissance avec ce nouveau petit être tant attendu et favorise le lien d’attachement. « 

Concrètement, il y avait des fils partout mais elle était contre mon cœur et là le raz de marée continuait. Autant d’amour en si peu de temps, mélangé à une indicible angoisse, je n’étais pas sûr de pouvoir accueillir autant d’émotions.

C’était sans compter sur l’infinie capacité d’aimer que l’être humain a en lui. Devenir maman allait changer ma perception de la vie. Je ne savais pas encore qu’elle allait accélérer ma quête.

Share This: