Il vaut mieux en rire

Il vaut mieux en rire

« Je pratique l’autodérision. La dérision n’a d’intérêt que si on se l’applique à soi-même. Sinon, c’est de la cruauté. »

Gérard Collomb

 

Victoria a repris le chemin de son tunnel. Elle jongle entre son nouveau poste, sa vie de famille et son parcours de PMA (procréation médicale assistée). Elle court, elle court, elle est hyperactive, hyper occupée, hyperémotive. Elle a 40 ans dans quelques semaines.

Il paraît qu’un peu d’autodérision ne nuit pas….

J’ai donc décidé aujourd’hui de vous faire rire ou à minima sourire à mes dépens. C’est aussi l’occasion de vous prouver à quel point l’enfermement peut vous amener à des situations loufoques. Ainsi pour faire référence à la citation de Robert SABATIER d’un de mes post Facebook de la semaine : en construisant ma « citadelle » j’ai « enfermé le monde au-dehors. »

Oui, oui à cette période j’ai laissé le monde au-dehors et ainsi vécu de grands moments de solitude.

Je crois qu’il serait de bon ton de vous raconter un de ces fameux moments. Voilà donc une jolie et rigolote anecdote qui eut lieu pendant cette période de premier transfert.

Je suis en poste sur une nouvelle mission depuis quelques mois. La prise de fonction a été compliquée (je vous raconterai dans un prochain article cette prise de poste fascinante dans la compréhension de l’être humain 🙂 ), je cherche mes marques.

Mes 40 ans arrivent à grands pas et seuls les sourds ne le savent pas. Je le répète en boucle comme un mantra, comme pour me rappeler que la ligne d’arrivée n’est plus très loin. La ligne d’arrivée ? Ben oui celle de l’horloge biologique. Après 40 ans, THE END, plus de bébé.

Je suis sous hormones je ne maîtrise plus mon corps et je maîtrise mes émotions tant bien que mal. Le transfert d’embryons a lieu demain, vendredi. Samedi je dois travailler, encore ! Je suis en plein marathon depuis 6 mois. Les semaines n’en finissent pas. Je dois pourtant lâcher prise et me reposer tout le week-end. Au milieu de mes émotions, de ma culpabilité, de mon syndrome de la « première de la classe », je ne cesse de me dire que l’équipe peut gérer sans moi. L’équipe assure. Je dois être sereine, je peux m’absenter, le boulot sera fait. Personne ne m’en tiendra rigueur et surtout pas mon N+1.

Lire la suite

Share This:

Enfermée dans ma réalité

Enfermée dans ma réalité

“Il y a toujours mille raisons pour s’enfermer. Sortir est beaucoup plus difficile.”

Claudie Gallay/ Les Déferlantes

Écrire pour retracer le cheminement de ces dernières années, Victoria y tient comme à une bouée de sauvetage. Elle revit chaque instant, elle creuse dans sa mémoire et va chercher les moindres détails pour illustrer ses souvenirs. Elle raconte, elle se raconte, elle vous raconte l’histoire d’une jeune femme en quête de bien-être et de sérénité. Mais surtout et avant toute chose, elle veut partager, transmettre, inspirer et être utile. Petite, elle voulait changer le monde. Plus grande elle veut participer à l’amélioration de ce monde. « Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières » lui disait souvent sa grand-mère. Aujourd’hui, elle a choisi la plume, enfin le clavier, pour apporter sa goutte d’eau et nourrir un de ces ruisseaux qui deviendra une grande rivière. Elle poursuit « ici » son dernier récit qui se terminait avec les mots suivants : « Au fond, peut être aussi, 42 années de recherche de bien-être et de sens m’ont amené ici : là et maintenant. »

 

Certainement et pourtant j’ai l’impression que tout s’est accéléré ces deux dernières années.

Je vous raconte ?

Ok mais vous constaterez assez rapidement que je reviens toujours au même sujet : devenir maman. Comme… si je ne l’étais pas déjà… Je me ficherais des baffes parfois…

Bon, alors que s’est-il passé il y a deux ans ?

Pour être plus précise, tout a commencé l’année de mes 39 ans, j’avais bien galéré avec tous les traitements hormonaux. J’avais surtout été dominée par la peur. Au fond je n’étais pas très à l’aise avec cet acharnement à tomber enceinte. J’avais tout arrêté, espérant que bébé deux vienne naturellement.

Tu parles d’un espoir ! Enfin je ne dois pas tellement croire aux miracles et l’espoir ne devait pas être très intense 🙂 Parce que lorsque ma mère me dit « tu sais mon médecin vient de me donner le nom d’un spécialiste de la stérilité à l’hôpital saint cloud, si tu veux…. »,  je prends les infos.

Oui, ça peut servir. N’oublions pas que comme le dit une grande sage marocaine (une de mes tantes) : « L’espoir fait vivre mais qui vit d’espoir meurt désespérée ». Il faut croire que moi, à cet instant, je dois être désespérée.

En effet quelques mois plus tard, j’ai 39 ans, une énième fausse couche (de quelques jours) à mon actif. La deuxième grossesse naturelle me paraît tellement peu probable que je prends rendez-vous avec ce « ponte » en infertilité.

Ce jour-là, je me rends à l’hôpital, seule, pour un premier état des lieux. Elle, oui c’est une femme, prend mon dossier sans un mot. Le sourire est superflu, on ne sait jamais, on pourrait deviner un être humain derrière sa blouse blanche. Petit bout de femme (enfin je la vois petite), à la poigne de fer, elle doit avoir 55 ans bien tassé. Les cheveux coupés au carré, blonde, elle est assise derrière son bureau dans une pièce sombre. Sévère et glaciale, elle lit mon dossier, une paire de lunettes posé sur le nez. Elle me pose 3 questions et dit : « à votre âge, en l’occurrence bientôt 40 ans, et avec votre dossier, on ne va pas procéder par étape et stimuler pour stimuler, on passe à la FIV (Fécondation In Vitro) directe ».

C’est clair et limpide comme de l’eau de roche. Ce n’est pas chaleureux mais franchement à ce stade je m’en moque. Les médecins chaleureux qui vous voient arriver avec votre détresse et votre carnet de chèques, j’ai donné. Oui je suis dure dans mes propos. Généralement je suis plutôt cool, tellement tolérante que parfois je parais même hyper docile. En réalité, si j’accorde ma confiance, je vais jusqu’au bout de mon raisonnement et me comporte donc en personne confiante. Le revers de ce type de profil, c’est que lorsque la confiance est perdue, il n’y a pas de retour en arrière possible. Ce jour-là, j’en suis là. Tellement déçue par mon dernier parcours, tellement seule dans ma détresse que je cherche un cadre avec des gens qui respectent des règles. Je ne retournerais pas chez mon médecin « de ville ». A priori ces spécialistes ne me décevront pas puisque je n’attends rien d’eux, sauf qu’ils fassent leur job d’accompagnement.

Vous voyez un peu l’état d’esprit dans lequel je suis ? Non ? Alors je continue encore un peu 🙂

Lire la suite

Share This:

L’obsession de Victoria (partie 3)

L’obsession de Victoria (partie 3)

« Il faut avant de donner la vie, l’aimer et la faire aimer ».

Henry BORDEAUX

Avril 2009, les billets pour New York sont réservés. A quelques semaines du Jour J, l’organisation du mariage est sous contrôle. Victoria et Alexandre profitent des premiers rayons du soleil du printemps. Rappelons qu’ils ont décidé de prendre une pause  » traitements » pour leur projet bébé. Ils vivent leur histoire sereinement l’un avec l’autre et l’un pour l’autre.

Les journées s’enchainent tranquillement. Je m’ennuierai presque dis donc.

Il faut dire que ces quatre dernières années ont été bien chargées. Dépression, divorce, changement de boulot, nouveau petit copain, deux déménagements, traitements hormonaux, fractures de l’épaule droite et de la main gauche etc … tout ceci avait rythmé ma vie. Et encore je ne rentre pas dans les détails parce que là, rien qu’en écrivant je suis fatiguée.

En allant déjeuner avec une copine, celle-ci me demandait où j’en étais dans mes projets de bébé. Oui, parce que vous avez toujours une bonne âme pour vous ramener à votre réalité. Et puis à 30 ans passés quel autre sujet de conversation ? C’est à croire que les filles n’ont rien d’autres à penser.

Mais à cette période, ma préoccupation était notre mariage. Mais bien sûr ! Vous m’avez cru en lisant cette phrase n’est-ce pas ?

Vous dire qu’à ce moment-là, je ne pensais pas du tout à l’idée d’avoir un bébé, serait un énorme mensonge. Vous noterez mon honnêteté redoutable.

J’étais vraiment en pause… sur le principe, et je savais que « pas d’hormones pas de bébé ». J’avais pourtant choisi de prendre un petit traitement de confort dirons-nous afin d’avoir des cycles réguliers et de pouvoir « maîtriser » mon planning. Une vraie working girl ! On ne se refait pas.

Mesdames, messieurs, une obsession reste une obsession. Ne pas penser à cette envie de bébé quand vous êtes une femme? Nous sommes conditionnées par notre horloge biologique certes mais aussi par notre chère société. Nos  cycles, enfin, nous le rappellent tous les mois.

« N’y pense pas » me disait-on tous les jours. Non mais franchement ! Je cogite en permanence, mon cerveau est tout le temps en ébullition !  Autant me demander d’arrêter de respirer ! Cette phrase est insupportable pour les femmes qui vivent cette situation, sachez-le. Personne ne commande ses pensées, ou alors on est maître Yogi. Personnellement je ne sais pas « ne pas penser » alors « ne pas Y penser »….

Ce n’est pas Descartes qui dit « Je pense donc je suis? » Il était malin lui déjà l’époque. Encore que, peut être devrions nous dire « Je suis donc je pense » non?  Allez, je m’égare comme d’habitude. Normal, je pense en même temps que j’écris.(hihihi)

Donc, sur les conseils de cette fameuse copine (celle du déjeuner), je prends rendez-vous chez son « médecin, spécialisée dans les problèmes de fertilité, de grande de folie », « le meilleur de la place de Paris ». Encore un autre! Parce que tout le monde connaît le meilleur médecin de Paris dans ces moments-là. Et je vous jure, j’en ai vu des phénomènes. Qui fut le pire ? Celui qui me reçut à 8h45 et me libéra à 8h55 avec une ordonnance pour une batterie d’examens. Pas d’auscultation, pas de questions et une facture de 150 euros ?

Ou celle qui m’accueillit avec un kilo de bijoux à chaque main et me diagnostiqua (sans examens) un problème d’anovulation ?

Vous n’avez pas du tout l’impression en sortant du cabinet de ce genre de médecin d’être une machine à sous. Non, non, vraiment, je vous assure.

Je prends donc rendez-vous chez cette merveille en me disant qu’au moins, avec lui, on préparera le terrain pour des traitements plus poussés dès septembre. J’étais sûre d’une chose, en effet, avec ce spécialiste on allait passer à l’étape supérieure. J’allais sur mes 34 ans, on essayait avec Alex depuis plus de deux ans. J’avais un passif je vous le rappelle. L’obsession de Victoria (partie 1)

Les cachets puis les piqûres n’ayant rien  donné, on allait enfin, passer à l’’insémination puis la FIV (Fécondation in vitro). Oui, c’est ce qu’on appelle le protocole de la PMA (procréation médicale assistée). J’avais de nombreuses copines qui étaient passées par là et j’avais lu des tonnes d’articles sur le sujet. J’étais bien renseignée, à défaut d’être enceinte, je connaissais toutes les techniques.

Me  voilà donc dans le cabinet de ce ponte de la fertilité, le Docteur LY, seule. Inutile de traîner Alex voire même de lui dire.

Enfin, un docteur digne de ce nom, il commença par le début : m’interrogea sur ma vie et mon parcours. Puis, il me prescrit une batterie d’examens à faire lors de mon prochain cycle pour mettre en place un protocole à la rentrée. Je vous rappelle que nous étions en avril. Je partis toute légère en me disant: « voilà une bonne chose de faite, je suis tranquille jusqu’en septembre ». Pour le reste je n’étais franchement pas à une piqure prés J donc je pouvais commencer les examens.

Malheureusement, blocage ou problème avec le traitement en cours, mes règles n’arrivaient pas. J’envoyais donc un mail au Dr LY en lui demandant quoi faire. Top ce médecin, non ? Moderne, je pouvais lui envoyer des mails et tout. J’adore.

Sa réponse fut laconique : « faites un test de grossesse ».

NOOON, il ne va pas s’y mettre celui-là aussi. Franchement, ils me saoulent tous. Ils ne se rendent pas compte ! Ça me donne un espoir que je ne veux pas avoir ! Je ne supporte plus cette déception !

Mais bien sûr que je vais le faire ce p… de test. Maintenant qu’il m’a mis la puce à l’oreille, le poison dans le cœur, que puis-je faire d’autre sinon obtempérer ?  Pourquoi suis-je allée le voir, j’étais tranquille ça pouvait attendre !

Voilà l’état d’esprit dans lequel je suis lorsque je fais ce test, seule le soir en rentrant après le boulot veille d’un jour férié. Mon homme n’était pas là et même pas au courant de ce qui se tramait.

Lire la suite

Share This: