Et ça continue encore et encore

Et ça continue encore et encore

« La souffrance est une fêlure dans la coquille qui enferme votre entendement. »
Khalil Gibran

Victoria a fêté ses 40 ans en bonne et due forme. Elle reprend docilement le chemin de l’hôpital. C’est le cœur léger qu’elle prend ses rendez-vous pour reprendre un protocole de transfert d’embryons.

Nous sommes donc en septembre 2015 lorsque nous recommençons le traitement. Un cachet par jour du 1er au 3ème jour, puis deux comprimés du 4ème au 5ème, puis trois cachets du 6ème au 8ème jour etc., etc…Il ne faut pas se louper et en oublier un. Une vingtaine de jours plus tard arrive le transfert de deux embryons.

Autant vous dire que j’étais prête comme une sportive de haut niveau. Inquiète, certes, je n’étais pas portée par un positivisme à outrance. Mais j’y croyais et pour cela je me donnais les moyens.

Une bonne séance d’osthéo couplée (mauvais jeu de mots, je vous l’accorde) à une belle séance d’hypnose, j’arrivais le jour J en mode « warrior ». Mon Homme et moi nous installons dans cette pièce blanche et froide. Ils ont bien essayé de la rendre chaleureuse avec quelques photos. Et je dois admettre que globalement le service de PMA de cet hôpital est plutôt agréable. Ce n’est pas si impersonnel que je veux bien le dire. Mais un hôpital reste un hôpital.

Alex est assis sur une chaise inconfortable et moi je me prépare et m’installe sur la table de consultation. Je me prépare aussi mentalement. Telle une sportive de haut niveau : inspiration, expiration. Visualisation : je suis assise en tailleur face au Lac de Chalain, dans le jura.

Mes yeux se nourrissent de cette belle lumière magique, caractéristique de cet endroit où je me sens bien. Les rayons de soleil passent au travers des arbres, donnant aux feuillages une couleur verte fluorescente. Pas un nuage dans ce beau ciel bleu qui ne fait qu’un avec l’eau. Je fais partie de ce tout, de cette nature, je suis bien.

Lire la suite

Share This:

40 ans, toute ma tête ou presque…

40 ans, toute ma tête ou presque…

« C’est effrayant, tout ce qu’on a envie de dire quand on atteint quarante ans. »

Jean-Paul Fugère

 

Victoria retourne à son obsession. Mais après cet énième échec, elle décide de prendre une pause. Ils ont emménagé dans un nouvel appartement. Nouveau quartier, nouveaux voisins, nouvelle organisation, l’été approche et avec les beaux jours, ses 40 ans. Une nouvelle décennie à venir dans un nouveau contexte.

Mais on ne se débarrasse pas comme ça d’une obsession ! On n’appuie pas sur un bouton pour mettre pause et vaquer à ses occupations. Ce n’est pas grave, je vais essayer. Après tout ça y est j’ai 40 ans ! C’est chouette, une occasion de faire la fête. Je n’ai jamais eu de problème avec mon âge, exceptée à cause de mon horloge biologique. Il n’y a donc pas de raison de ne pas le fêter en grandes pompes.

On m’avait prévenu : 40 ans ! c’est un tournant. Vu que j’ai toujours été en avance sur mon âge, plus mature, plus sage, je pensais que je passerai cet épisode dans le calme et la sérénité. Une grosse fête et la vie continue.

Et globalement c’est ce que j’ai fait. N’oublions pas à quel point je suis toujours la bonne élève qui ne fait pas de bruit. Je n’ai donc pas teint mes cheveux en orange…cette fois-ci (souvenez-vous….), je n’ai pas fait de piercing ni de tatouage mais…j’ai fait MA crise. Une petite « crisounette » mais c’était la mienne 🙂

Gentillette la crise, je ne suis pas une rebelle, il ne faut pas exagérer. C’était tout simple, j’ai tapé du pied pour faire une soirée.  Pas de fête surprise à l’horizon ? très bien je vais me l’organiser moi-même ma « fiesta » (oui j’ai 40 ans, « fiesta » est un mot désuet, je sais. Pas grave, j’assume). Ça va être la fête du siècle, genre une bar-mitzvah, que dis-je un mariage !

Attention ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Bien entendu que mon Alex m’a organisé un anniversaire de princesse. Une journée et un dîner de rêve en amoureux. Juste parfait !

Mais, moi, je voulais THE party, avec ma famille et mes amis.

Je n’avais pas gagné au loto et l’organisation d’une fête pour moi-même je ne sais pas faire. C’est trop stressant. Très vite ma folie des grandeurs fut donc stoppée par la réalité du terrain et du budget, ma réalité devrais-je dire. Je dus me « résigner » à le faire chez moi et réduire le nombre d’invités. Bye bye les 60 personnes, bonjour les 35 (et ce n’est déjà pas mal me direz-vous).

Je ne vais pas vous raconter ma fête en détails même si je suis sûre que vous aimeriez les avoir. Si c’est le cas n’hésitez pas à le signaler, je réfléchirai à une chronique sur le sujet. 🙂

Voilà je l’ai eu ma fête à la maison ! ça, c’est fait !Et c’était top. Comme souvent lorsque je me fais confiance et que j’écoute mes envies. Évidemment rien n’aurait été possibles sans les copines (une en particulier qui est une « tueuse » de l’organisation). Mais ce que je retiens c’est que lorsque j’écoute mon cœur, j’arrive à être heureuse. C’est simple comme ça non ? Et bien croyez-moi (mais je pense que vous le savez déjà), être à l’écoute de soi sincèrement et avec bienveillance ce n’est pas l’exercice le plus facile.

La bienveillance à mon égard ce n’est certes pas ce en quoi j’excelle. En effet, ma crise n’en finit pas. Et pour cause : je ne m’aime toujours pas. Incroyable je croyais qu’à 40 ans on s’aimait nous les femmes ? A priori ce sont les autres. Moi, dans le miroir je ne vois pas une femme belle et sexy. Peut-être parce que je ne le suis pas mais quand même ça devient gonflant de toujours se regarder dans le miroir en se disant « Pas jojo ma poulette ! et ça ne s’améliore pas avec les années. Je suis trop grosse, rien ne me va. » Ces dernières années, à cause des hormones, j’ai gonflé, grossi, abîmé mon corps. Elles ont bon dos ces hormones n’est-ce pas ? Parce qu’au fond soyons réalistes, moins je m’aime moins je prends soin de mon corps. Je ne lui fais pas de cadeau, je le punis. Peut-être pour son/mon incapacité à tomber enceinte. Peut-être parce que je suis en colère ? Parce que tout va trop vite et que je n’arrive pas à être parfaite ? Alors autant me trouver des excuses.

Peut-être qu’il serait temps de m’autoriser à être imparfaite ? Pourtant je le sais que « La femme parfaite est une connasse. » 🙂 🙂  (cf le livre de Anne-Sophie Girard et Marie-Aldine Girard)

Il faut que ça cesse je dois me réconcilier avec mon corps, avec moi. Je vais donc profiter de ces quelques mois de pause dans mes traitements pour me centrer sur mon bien-être physique. Je veux me réconcilier avec la femme que je suis. Peut-être même aller à sa rencontre car je crois que je ne la connais pas.

Idée lumineuse du jour : un shooting photo. Pourquoi pas ? C’est peut-être bien non comme solution pour apprendre à m’aimer ? Ah tiens et je vais aussi me payer un relooking avec Cristina Cordula (vous savez la présentatrice des Reines du shopping). Mais voilà comme 95% des fois je me dégonfle, j’abandonne. Même ma grande soirée pour mes 40 ans j’ai failli l’annuler. Trop compliqué, sans intérêt, ça va être nul, c’est inutile, tout le monde s’en fout.

Quand je suis lucide et honnête avec moi-même. Chaque fois que je baisse les bras c’est parce que je pense ne pas être à la hauteur. Et si je vais plus loin, souvent je considère que ce n’est pas utile, ni nécessaire, voire que je ne le mérite pas, c’est trop.

Vous noterez que je n’ai besoin de personne pour me censurer, pour me ramener à la raison. Je m’y raccompagne toute seule et docilement qui plus est. A cet instant, septembre 2015, revenir à la raison était tout simplement reprendre mon obsession là où je l’avais laissé. C’était donc reprendre le chemin de l’hôpital et du service de PMA.

 

NB: Cette semaine, la suite arrivera plus vite pour me faire pardonner de la semaine passée sans chronique hebdo 🙂

Share This:

Il vaut mieux en rire

« Je pratique l’autodérision. La dérision n’a d’intérêt que si on se l’applique à soi-même. Sinon, c’est de la cruauté. »

Gérard Collomb

 

Victoria a repris le chemin de son tunnel. Elle jongle entre son nouveau poste, sa vie de famille et son parcours de PMA (procréation médicale assistée). Elle court, elle court, elle est hyperactive, hyper occupée, hyperémotive. Elle a 40 ans dans quelques semaines.

Il paraît qu’un peu d’autodérision ne nuit pas….

J’ai donc décidé aujourd’hui de vous faire rire ou à minima sourire à mes dépens. C’est aussi l’occasion de vous prouver à quel point l’enfermement peut vous amener à des situations loufoques. Ainsi pour faire référence à la citation de Robert SABATIER d’un de mes post Facebook de la semaine : en construisant ma « citadelle » j’ai « enfermé le monde au-dehors. »

Oui, oui à cette période j’ai laissé le monde au-dehors et ainsi vécu de grands moments de solitude.

Je crois qu’il serait de bon ton de vous raconter un de ces fameux moments. Voilà donc une jolie et rigolote anecdote qui eut lieu pendant cette période de premier transfert.

Je suis en poste sur une nouvelle mission depuis quelques mois. La prise de fonction a été compliquée (je vous raconterai dans un prochain article cette prise de poste fascinante dans la compréhension de l’être humain 🙂 ), je cherche mes marques.

Mes 40 ans arrivent à grands pas et seuls les sourds ne le savent pas. Je le répète en boucle comme un mantra, comme pour me rappeler que la ligne d’arrivée n’est plus très loin. La ligne d’arrivée ? Ben oui celle de l’horloge biologique. Après 40 ans, THE END, plus de bébé.

Je suis sous hormones je ne maîtrise plus mon corps et je maîtrise mes émotions tant bien que mal. Le transfert d’embryons a lieu demain, vendredi. Samedi je dois travailler, encore ! Je suis en plein marathon depuis 6 mois. Les semaines n’en finissent pas. Je dois pourtant lâcher prise et me reposer tout le week-end. Au milieu de mes émotions, de ma culpabilité, de mon syndrome de la « première de la classe », je ne cesse de me dire que l’équipe peut gérer sans moi. L’équipe assure. Je dois être sereine, je peux m’absenter, le boulot sera fait. Personne ne m’en tiendra rigueur et surtout pas mon N+1.

Lire la suite

Share This:

Enfermée dans ma réalité

Enfermée dans ma réalité

“Il y a toujours mille raisons pour s’enfermer. Sortir est beaucoup plus difficile.”

Claudie Gallay/ Les Déferlantes

Écrire pour retracer le cheminement de ces dernières années, Victoria y tient comme à une bouée de sauvetage. Elle revit chaque instant, elle creuse dans sa mémoire et va chercher les moindres détails pour illustrer ses souvenirs. Elle raconte, elle se raconte, elle vous raconte l’histoire d’une jeune femme en quête de bien-être et de sérénité. Mais surtout et avant toute chose, elle veut partager, transmettre, inspirer et être utile. Petite, elle voulait changer le monde. Plus grande elle veut participer à l’amélioration de ce monde. « Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières » lui disait souvent sa grand-mère. Aujourd’hui, elle a choisi la plume, enfin le clavier, pour apporter sa goutte d’eau et nourrir un de ces ruisseaux qui deviendra une grande rivière. Elle poursuit « ici » son dernier récit qui se terminait avec les mots suivants : « Au fond, peut être aussi, 42 années de recherche de bien-être et de sens m’ont amené ici : là et maintenant. »

 

Certainement et pourtant j’ai l’impression que tout s’est accéléré ces deux dernières années.

Je vous raconte ?

Ok mais vous constaterez assez rapidement que je reviens toujours au même sujet : devenir maman. Comme… si je ne l’étais pas déjà… Je me ficherais des baffes parfois…

Bon, alors que s’est-il passé il y a deux ans ?

Pour être plus précise, tout a commencé l’année de mes 39 ans, j’avais bien galéré avec tous les traitements hormonaux. J’avais surtout été dominée par la peur. Au fond je n’étais pas très à l’aise avec cet acharnement à tomber enceinte. J’avais tout arrêté, espérant que bébé deux vienne naturellement.

Tu parles d’un espoir ! Enfin je ne dois pas tellement croire aux miracles et l’espoir ne devait pas être très intense 🙂 Parce que lorsque ma mère me dit « tu sais mon médecin vient de me donner le nom d’un spécialiste de la stérilité à l’hôpital saint cloud, si tu veux…. »,  je prends les infos.

Oui, ça peut servir. N’oublions pas que comme le dit une grande sage marocaine (une de mes tantes) : « L’espoir fait vivre mais qui vit d’espoir meurt désespérée ». Il faut croire que moi, à cet instant, je dois être désespérée.

En effet quelques mois plus tard, j’ai 39 ans, une énième fausse couche (de quelques jours) à mon actif. La deuxième grossesse naturelle me paraît tellement peu probable que je prends rendez-vous avec ce « ponte » en infertilité.

Ce jour-là, je me rends à l’hôpital, seule, pour un premier état des lieux. Elle, oui c’est une femme, prend mon dossier sans un mot. Le sourire est superflu, on ne sait jamais, on pourrait deviner un être humain derrière sa blouse blanche. Petit bout de femme (enfin je la vois petite), à la poigne de fer, elle doit avoir 55 ans bien tassé. Les cheveux coupés au carré, blonde, elle est assise derrière son bureau dans une pièce sombre. Sévère et glaciale, elle lit mon dossier, une paire de lunettes posé sur le nez. Elle me pose 3 questions et dit : « à votre âge, en l’occurrence bientôt 40 ans, et avec votre dossier, on ne va pas procéder par étape et stimuler pour stimuler, on passe à la FIV (Fécondation In Vitro) directe ».

C’est clair et limpide comme de l’eau de roche. Ce n’est pas chaleureux mais franchement à ce stade je m’en moque. Les médecins chaleureux qui vous voient arriver avec votre détresse et votre carnet de chèques, j’ai donné. Oui je suis dure dans mes propos. Généralement je suis plutôt cool, tellement tolérante que parfois je parais même hyper docile. En réalité, si j’accorde ma confiance, je vais jusqu’au bout de mon raisonnement et me comporte donc en personne confiante. Le revers de ce type de profil, c’est que lorsque la confiance est perdue, il n’y a pas de retour en arrière possible. Ce jour-là, j’en suis là. Tellement déçue par mon dernier parcours, tellement seule dans ma détresse que je cherche un cadre avec des gens qui respectent des règles. Je ne retournerais pas chez mon médecin « de ville ». A priori ces spécialistes ne me décevront pas puisque je n’attends rien d’eux, sauf qu’ils fassent leur job d’accompagnement.

Vous voyez un peu l’état d’esprit dans lequel je suis ? Non ? Alors je continue encore un peu 🙂

Lire la suite

Share This:

Ici: là et maintenant

Ici: là et maintenant

« Hier était le passé, demain est l’avenir, mais aujourd’hui est un cadeau. C’est pourquoi on l’appelle le présent. »

Bil Keane

Installée face à son écran, Victoria savoure cet instant de quiétude et de liberté. Elle laisse ses pensées se promener, visiter le silence. Elle observe cette feuille blanche sur laquelle elle voudrait poser ses souvenirs, ses réflexions, ses projets, ses rêves. Les dernières années ont été riches en émotions et les derniers mois une sorte d’accélérateur sur lequel elle n’a pas la main. Quoi faire sinon, comme le surfeur, suivre le mouvement de la vague bien installé sur sa planche. Ces derniers jours, souriante, elle dit souvent : « je ne sais pas où je vais, mais j’y vais ».

5 mois que je n’ai pas écrit. 5 mois que je laisse les jours filer, que je n’ose pas m’assoir pour écrire. Pourquoi ? Je ne sais pas très bien.

Que raconter ? Que libérer ? Que dévoiler ?

Non ce n’est pas ainsi que je dois poser les questions ! Qu’ai-je envie de dévoiler ? Que suis-je prête à libérer ?

Je le sais, écrire me fait du bien. Certains m’ont questionné sur le sujet : « c’est ta thérapie ? ». Vous plaisantez les gars, ça fait des années que je travaille sur moi. Des années que je suis en quête de réponses à mes angoisses, mes démons. J’ai fouiné, j’ai cherché, j’ai compris, grandi, évolué mais avouons-le c’est une quête de chaque instant, de toute une vie. C’est passionnant, exaltant voire excitant mais parfois épuisant pour soi et pour les autres 🙂

Alors oui je dois bien l’admettre, commencer à poser sur le papier les souvenirs et le cheminement de cette quête est une sorte de thérapie.

C’est donc pour cela, certainement, que ces derniers mois, je n’ai pas réussi à vous livrer le témoignage de ce parcours. Ou tout simplement car il y a tellement à raconter que je ne sais par quel bout commencer.

Mais oui souvenez-vous ! Je partage ici mes rencontres, mes outils vers cette quête du bien-être. Le dernier article intitulé « Bizarre, vous avez dit Bizarre » décrivait ma rencontre avec « cet ostéopathe un peu perché, pas tradi » mais aussi ma première rencontre avec un monde totalement étranger : le pouvoir du cerveau et des énergies.

Et depuis j’ai fait tellement de rencontres que je ne sais même plus par où commencer.

Mais je dois vous dire que si j’ai toujours eu besoin de comprendre. Ce qui m’a mené à creuser ce chemin ce fut encore cette recherche de maternité. Ma fameuse obsession.

Lorsqu’en 2011, nous décidons d’agrandir notre famille, nous n’imaginons pas que nous allons reprendre notre parcours du combattant. Un parcours médicalisé ponctué par des pauses « parallèles » et donc une nouvelle introspection par le biais de nouveaux chemins.

Et aujourd’hui, 8 ans après l’arrivée d’Emma, je peux dire que la maternité, la parentalité nous ramène à ce que nous sommes intrinsèquement, qu’elle déplace tous les curseurs de nos priorités.

Je peux rajouter que la « recherche » d’un second enfant avec toute l’obstination (pour ne pas écrire obsession) dont j’ai pu faire preuve m’a poussé dans mes retranchements.

Oui j’ai beaucoup cheminé ces dernières années et je n’ai pas fini je vous rassure. Mais je ne m’attendais pas à être là devant mon écran à écrire et partager mes pensées avec vous. 🙂

42 ans de vie, d’observation, de construction, de rencontres, d’expériences, d’émotions. 20 ans en entreprise, 20 ans à travailler auprès et avec des jeunes en quête de sens. 15 ans de traitements et de questionnements pour devenir maman. Au fond, peut être aussi, 42 années de recherche de bien-être et de sens m’ont amené ici: là et maintenant.

Share This:

« Tilt » or not « tilt »?

« Tilt » or not « tilt »?

« Notre esprit est une éponge qui s’imbibe de suggestions ». Francis PICABIA

Fin janvier 2016, il fait nuit, Victoria est en voiture, elle rentre du bureau. En général, elle profite du trajet pour téléphoner à ses proches. Mais ce soir-là, elle n’est pas en forme, plutôt déprimée comme c’est le cas depuis quelques semaines. La fin de l’année 2015 a été traumatisante, à bien des égards. La gorge serrée, elle repense aux derniers mois qui viennent de s’écouler.

40 ans! J’ai eu 40 ans en juillet 2015.  Je n’ai pas de problème avec mon âge mais tout de même…. Pour une femme, cela implique beaucoup de choses. Certaines sont imposées par la société telles que la jeunesse et la beauté . D’autres sont incontournables voire inévitables telle que l’horloge biologique pour ne parler que de la maternité.

Je suis donc, au chaud dans ma voiture et je cogite.

4 ans ! 4 ans déjà que nous essayons d’avoir bébé 2. Presque que 4 ans que nous avons recommencé les traitements. Tu penses bien qu’à 37 ans et le passif que j’avais, mon gynécologue m’a de suite prescrit un traitement de stimulation. Et oui naïvement nous pensions qu’Emma étant arrivée presque « naturellement », le 2nd allait ramener ses fesses sans souci. Tu parles, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Non mais franchement, ce n’est pas rigolo si ce n’est pas le parcours du combattant. En même temps c’est un peu de ma faute à vouloir la ramener avec mes grandes théories : « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » !! Résultat : quand c’est facile, ça me gave.

Lire la suite

Share This:

Vous croyez au hasard?

Vous croyez au hasard?

« Le secret du bonheur, voyez vous, n’est pas trouvé dans la recherche du plus, mais en développant la capacité à jouir du moins » Socrate

En 2016, Victoria s’est décidé à reprendre une activité sportive régulière. Il fallait une reprise en douceur, pas de sport violent ou douloureux. Elle devait se détendre et éventuellement s’amuser. L’opportunité se présenta en la personne de Lisa, une voisine, qui lui proposa à la rentrée scolaire de faire de la marche nordique avec un groupe. Marcher dans la nature, une semaine sur deux, n’allait pas l’épuiser donc ce fut un grand oui. Les railleries au sujet de ce « sport de vieux » ne tardèrent pas à fuser. Mais Victoria avait trouvé une super coéquipière et comptait bien s’accrocher à ces chouettes moments au milieu de la nature. Avec ou sans bâtons, c’était du sport et bien plus physique qu’il n’y paraissait.

Après une bonne soirée entre amis, le réveil, ce matin, est un peu difficile. Le ciel est gris, il pleut, j’ai envie de rester au fond de mon lit. Mais Lisa m’attend pour rejoindre notre sympathique groupe de marcheurs nordiques. N’essayez même pas de visualiser nous n’avons rien de nordique !!!

Je sais qu’une fois que j’y serai je serai ravie mais là franchement, je peste, je râle en mon for intérieur parce qu’il fait un temps de m… et que nous sommes en mai. Oui les amis, nous sommes en mai, il fait 10 degré et il pleut sans arrêt. Non mais franchement, qu’est-ce que j’ai fait au bon D. !!! A ceci, vous rajoutez que je ne suis pas vraiment fraîche ce matin…je suis à deux doigts d’abandonner lâchement Lisa.

Bon, allez on y va. Nous sommes un petit groupe d’une dizaine de personnes de 40 à 65 ans, le niveau aujourd’hui est relativement homogène. Le coach ne va pas faire dans la dentelle.

Nous entrons donc tous ensemble dans la forêt et là plus que jamais la magie opère à nouveau. Plus que jamais parce que nous sommes au printemps, que les branches sont remplies de feuilles. Nous avançons les uns derrière les autres sur ce premier sentier. Pas après pas nous sommes accompagnés par ces magnifiques et immenses arbres. J’ai l’impression d’être sous une tonnelle, protégée de la pluie par ces branches qui s’enchevêtrent. Je suis fascinée par cette beauté, éblouie par le vert presque fluorescent de la végétation qui m’entoure. Je n’entends plus que le gazouillis des oiseaux, les voix de mes collègues de marche disparaissent.

Lire la suite

Share This:

Que la force soit avec moi!

Que la force soit avec moi!

« La féminité n’est pas une incompétence. Elle n’est pas non plus une compétence. »
Françoise Giroud

Victoria a repris le travail. Emma est gardée par une nourrice dans le cadre d’une garde partagée avec une autre petite fille de son âge. Le lieu de travail d’Alex n’est pas très éloigné de leur domicile. En cette période de printemps où les journées sont plus longues, l’adaptation à ce nouveau rythme se fait en douceur. L’envie de continuer ce job va-t-elle pour autant revenir ?

Poursuivre mon aventure professionnelle n’était pas simple. Je vous l’ai dit précédemment, j’avais pris ce poste avec passion et envie. J’aimais manager mon équipe, piloter l’activité. J’adorais être à l’écoute et au service des étudiants. Ce satané besoin d’être sans cesse à l’écoute pour répondre aux attentes de ces personnes qui m’entouraient. Au quotidien nous le traduirons par : être serviable.

Lire la suite

Share This:

La « rentrée » de maman (part 2)

La « rentrée » de maman (part 2)

« Il n’y a rien de mieux que de retourner dans un endroit qui est resté inchangé pour comprendre à quel point vous avez changé. » Nelson Mandela

6 mois….C’est à la fois très court et très long. 6 mois d’absence depuis que mon médecin m’a arrêté. Loin de mon métier, loin de mes collaborateurs, loin de mes responsabilités et loin de mes responsables, j’ai changé profondément.

Une chose est certaine, tout ceci n’a plus d’intérêt. J’ai toujours aimé mon job et pourtant aujourd’hui je ne veux pas y retourner. Je veux rester chez moi. Je ne veux pas laisser ma fille.

Mais je ne veux pas non plus perdre mon statut de femme indépendante qui a une carrière. Je suis tiraillée. Etre mère, être femme, être tout à la fois pour être, une fois encore, la femme parfaite.

Pas « la conasse » hein ! L’autre J

Lire la suite

Share This:

La « rentrée » de maman

La « rentrée » de maman

« Je n’aime pas le travail, nul ne l’aime; mais j’aime ce qui est dans le travail l’occasion de se découvrir soi-même, j’entends notre propre réalité, ce que nous sommes à nos yeux, et non pas en façade. »

Joseph CONRAD

Les jours passent. Victoria s’apaise, continue ses rendez-vous réguliers avec la psychologue de la PMI. Elle commence à sortir de chez elle sans peur. Mais au bout de 6 mois, il est temps pour elle de reprendre le chemin du travail.

Retourner au bureau ? Tourner le dos à ma fille et la confier à une ou des inconnues ? Mais quelle horreur !  Je vais être obligée d’abandonner mon enfant.

Lire la suite

Share This: